La commune de Vianden se présente

Situé au cœur de la vallée de l’Our au Nord-Est du Grand-Duché de Luxembourg, Vianden est un des plus beaux sites du Luxembourg qui est depuis longtemps une destination touristique renommée.

Le nom de la ville de Vianden est dérivé du mot gaulois « vien » qui signifie rocheux. Déjà en l’an 1256, Vianden est citée comme ville, mais c’est seulement depuis la lettre de franchise de 1308 que Vianden porte légalement le titre de ville.

Au pied du château, remontant au XIe siècle et siège des puissants comtes de Vianden, la ville descend en étroites rues moyenâgeuses vers la rivière Our, alors que les anciens remparts enceintent ses bâtiments historiques:

  • l’Église des Trinitaires, construite en 1248 avec son merveilleux cloître gothique
  • l’Hôtel de Ville, construit en 1679
  • le musée littéraire Victor Hugo (maison habitée à 4 reprises par le poète exilé)
  • l’Église St. Nicolas érigée au XIIIe siècle
  • le musée d’Histoire, conservant des intérieurs authentiques des XVIIIe et XIXe siècles, retraçant l’Histoire millénaire de la ville et hébergeant le musée de la boulangerie et le musée du poète national Edmond de la Fontaine (Dicks).

Les attractions touristiques sont nombreuses:

  • le télésiège
  • le parc d’aventures « Tree Climber »
  • le barrage, le bassin supérieur et l’installation souterraine de la centrale de pompage de Vianden
  • la piscine
  • le musée de la caricature et du cartoon
  • des promenades variées avec différents profils

Un peu d’histoire

LA CITE MÉDIÉVALE, était au moyen âge la capitale du puissant comte de Vianden, d’une superficie aussi grande que l’actuel Grand-Duché de Luxembourg. Elle comprenait 136 villages et s’étendait jusqu’à Prum et Bitbourg. Vianden était une ville fortifiée, blottie aux pieds du château qui la dominait et la protégeait. Elle était entourée de remparts flanques de 24 tours semi-circulaires et percés de cinq portes. Une tour de garde carrée, dite «Hockelstour», qui se dresse sur un rocher entre le château et la ville, servait d’observatoire à une vigie et est utilisée aujourd’hui comme clocher. Le mur d’enceinte fut démoli en 1679 par le maréchal de Boufflers, qui démantela également les châteaux de Brandenbourg, Falkenstein et Stolzembourg. Vers 1850 les deux dernières portes de la ville – la porte supérieure dans la ville haute et la porte du pont – furent jugées encombrantes et démolies à leur tour.

Au XVe siècle,

Vianden était une florissante ville artisanale qui comptait 400 ménages et 3 000 habitants. Elle était la troisième ville du pays et devait sa prospérité au talent de ses artistes et au savoir-faire de ses artisans, qui étaient groupés en sept corporations, celles des tanneurs, drapiers, tonneliers, maçons, tailleurs, serruriers et orfèvres. On doit aux orfèvres viandenois un nombre imposant d’œuvres d’art profanes et religieuses, répandues à travers toute la région Ardennes- Eifel. Les sept corporations de Vianden avaient le droit d’avoir des mesures spéciales pour les liquides, le blé, les marchandises vendues au poids et les aunages.

En 1308 les Viandenois reçurent des lettres de franchises et jouissaient désormais des mêmes libertés que les bourgeois de Trêves. La ville était administrée par un bourgmestre et sept échevins qui exerçaient aussi la justice. Vianden avait une cour de haute, moyenne et basse justice, une cour féodale et un tribunal des nobles.